Interview de Laurent SOLLY, Facebook VP Southern-Europe

10 novembre 2020 - Heroiks

Back

Laurent SOLLY, Facebook VP Southern-Europe, revient sur 15 années d’évolutions #techno, #media et #business à l’occasion du quinzième anniversaire de My Media.

Quel métier souhaitiez-vous exercer à l’âge de 15 ans ?

Laurent SOLLY (Facebook) : Je voulais être comédien. J’adorais les comédiens, les artistes, les acteurs. J’allais les voir au cinéma, quand je pouvais j’allais les voir au théâtre. J’habitais en région lyonnaise et je crois que mon rêve, c’était vraiment d’être comédien, de pouvoir faire ce métier, découvrir les grands textes ou les textes plus légers de la comédie. C’était mon rêve à 15 ans.

Quel est le fait le plus marquant pour votre entreprise au cours de ces quinze dernières années ?

Laurent SOLLY (Facebook) : Je pense que le fait le plus marquant pour Facebook dans ces quinze dernières années, c’est l’avènement du mobile. La révolution du smartphone a été la révolution dans la révolution technologique. Cela a été à la fois une révolution de l’outil, mais une révolution en termes de management et d’innovation absolument considérable et un défi de l’entreprise. Aujourd’hui, tout ça paraît facile, évident, mais Facebook n’a pas été créé sur un mobile. En 2013, quand la révolution mobile arrive, l’entreprise n’est pas complètement prête. Et en six mois, elle a su embrasser ce mouvement et tout basculer sur mobile. Et nous savons aujourd’hui, que c’est presque le premier support du monde, c’est celui que nous utilisons le plus. Dans ces 15 ans de bouleversements pour cette entreprise, il y en a eu tellement, peut-être que je retiendrais l’avènement du smartphone et sa capacité à s’adapter très vite.

L’entreprise qui vous inspire le plus ou celle que vous auriez aimé créer ?

Laurent SOLLY (Facebook) : Je veux vous dire LVMH, parce que cette entreprise réunit tellement de compétences, qu’elle en est toujours impressionnante et inspirante. D’abord, c’est un leader mondial. C’est un leader français, qui est à la fois sur le savoir-faire, les traditions, l’histoire, les beaux produits qu’on peut toucher et en même temps est une machine exceptionnelle, industrielle, a une connaissance, une intelligence de la marque, de la création de la relation avec les consommateurs… Et aujourd’hui, est tellement engagée aussi dans les technologies digitales et dans l’avenir. Pour moi, je trouve que c’est une entreprise vraiment exceptionnelle. C’est une grande fierté pour le pays d’avoir ce leader et à chaque fois que j’ai la chance d’être avec les équipes LVMH, je me dis à quel point ils ont en quelques décennies, créé vraiment une entreprise et un projet exceptionnel et inspirant.

Quel événement vous a le plus marqué au cours de ces quinze dernières années ?

Laurent SOLLY (Facebook) : Au cours de cette période incontestablement, c’est la révolution numérique et technologique. Elle a bouleversé les sociétés, les économies et les modèles économiques, les modèles médiatiques, la relation et aussi l’exercice presque politique dans les pays. C’est la révolution de notre génération. Et quand on regarde le monde tel qu’il était avant et qu’on le regarde aujourd’hui et si on se projette, incontestablement c’est la grande révolution industrielle, qui n’est d’ailleurs pas qu’industrielle, qui a apporté tant de changements, dans les rapports humains, dans la façon dont l’économie aujourd’hui se développe. Avec le rapport que nous avons à la technologie et l’innovation. C’est incontestablement la révolution numérique qui est l’événement le plus marquant de ces dernières décennies.

Votre point de vue sur les évolutions media, techno et business depuis 15 ans ?

Laurent SOLLY (Facebook) : Pour ce secteur, il s’agit en effet d’une transformation que l’on peut apparenter à une révolution. Tout a changé. La façon dont nous utilisons les supports pour communiquer et les médias se sont transformés. La façon dont se crée l’audience, dont les modèles économiques ont été bouleversés… La publicité, le marketing, la façon dont l’information elle-même est devenue omniprésente. L’ensemble de ce secteur a basculé dans une révolution qui a deux caractéristiques.
D’abord, c’est sa vitesse, vous pouvez reprendre tous les livres d’histoire, aucune révolution n’est allée aussi vite et n’a transformé le monde aussi rapidement. Et nous nous sommes saisis comme individu, de façon absolument folle de ces technologies, extrêmement rapidement.
Ensuite, c’est sa profondeur, son impact. Elle a touché le cœur des entreprises, leur modèle économique, la façon dont fonctionnent les médias, les grandes agences de communication. Tout cela est en plein bouleversement. Toutes ces caractéristiques quand vous les assemblez ça porte un nom. C’est une révolution. Et puis elle n’est pas terminée et elle continue. Elle est portée par le moteur de l’innovation, de la technologie et on peut prédire que les quinze prochaines années vont aller peut-être même plus vite, que celles que nous avons vécues.

Quelle est votre vision du management en 2020 comparé à celui de 2005 ?

Laurent SOLLY (Facebook) : On manage je crois totalement différemment. Le management d’il y a quelques années, n’a rien à voir avec la façon dont sont organisées les entreprises. L’information par exemple, elle doit circuler de façon permanente. Alors qu’avant, celui qui avait l’information, avait une responsabilité, parfois un pouvoir et il voulait la garder. L’entreprise est plus horizontale. Elle a besoin de casser la verticalité ou parfois les silos pour faire vivre le talent des équipes, l’énergie et leur sens de l’entreprise. Donc, la façon dont on travaille d’ailleurs, avec la jeune génération qui est brillante, qui va vite, inspire une autre entreprise, où l’audace, la prise de risque, le mouvement, le rapport au succès et donc à l’échec a complètement changé. Dans la culture européenne et française ce sont de vrais changements. On ne regardait pas le rapport à l’entreprise, à la hiérarchie, au succès, au risque, à l’échec, de la même façon dont on le voit aujourd’hui. Là aussi, c’est une façon différente de penser le rapport aux équipes, la responsabilité, la délégation. Et je crois qu’objectivement, quand on sait le faire, ce qui est toujours un défi, on donne beaucoup plus d’énergie à la communauté que nous animons. Ça a vraiment complètement changé en quelques années.

Quelles évolutions pour la communication en 2020 comparée à celle de 2005 ?

Laurent SOLLY (Facebook) : Toute la chaîne de la communication a changé. L’émetteur a changé, c’est-à-dire qu’avant l’émetteur était défini avec quelques émetteurs, les grands médias. Le récepteur lui-même, était dans une logique au fond extrêmement descendante. Et puis vous aviez entre les deux quelques supports seulement. Tout cela a complètement évolué, a été bouleversé. L’information est partout et appartient à tous. Nous pouvons tous communiquer. Nous avons tous une voix et ça c’est un changement absolument considérable. La voix des plus hautes autorités peut être challengée, critiquée, questionnée par chacun d’entre nous, parce que nous avons à travers simplement un téléphone, la possibilité de parler.
Toute la chaîne de la communication a changé, toute l’information a changé. Des gens qui ne communiquaient pas, ou qui n’avaient pas le droit à la parole, ont désormais une voix. C’est vrai dans l’espace public, c’est vrai aussi, dans notre sphère privée. Regardez la façon dont nous vivons en famille, des groupes WhatsApp, Facebook, des groupes d’amis… bref ce monde a changé avec une capacité au fond, technologique très forte qui donne à tous, une voix et qui veut vraiment changer le monde de l’information.

Que serait Facebook sans cette grande révolution technologique ?

Laurent SOLLY (Facebook) : C’est une question un peu paradoxale, parce que sans révolution technologique, il n’y aurait pas de grandes plateformes, aujourd’hui sociales et numériques. Donc, évidemment, ces grandes entreprises Facebook et les autres sont nées de ce mouvement technologique, mais le sujet c’est qu’elles en sont aussi les acteurs. C’est qu’elles nourrissent par leurs investissements, par la R&D, par les technologies d’intelligence artificielle ce propre mouvement. Il y a un lien consubstantiel entre les entreprises qui sont nées de ce moment technologique et ce moment qui continue par ces entreprises elles-mêmes. Le lien est très fort et d’ailleurs les entreprises qui réussissent dans l’univers de la technologie, du numérique, du digital, sont celles qui investissent beaucoup. Parce qu’elles se donnent la capacité d’être encore là et une des règles c’est l’innovation, l’investissement, parce que le mouvement est permanent et si vous n’investissez pas vous êtes immobile et si vous êtes immobile, vous prenez le risque de disparaître.

Les Français sont-ils mieux informés en 2020 qu’en 2005 ?

Laurent SOLLY (Facebook) : Oui, je crois incontestablement que nous sommes mieux informés dans tous nos espaces. On pense bien sûr à l’espace public, à l’information médiatique c’est vrai. D’abord, on a accès à toutes les sources d’information du monde immédiatement. La masse, la simultanéité, la gratuité, ont changé la façon dont nous sommes informés. Quand j’étais étudiant pour avoir un média transatlantique, il fallait attendre parfois quelques jours et c’était long. Ce n’était pas gratuit et c’était réservé à quelques personnes. Il y a donc ce mouvement extrêmement large de démocratisation, de capacité à être informé par toutes les sources d’information. Ce qui vaut pour l’espace public, vaut aussi pour l’espace privé. C’est la même chose dans nos familles, dans nos cercles d’amis, dans nos réseaux sociaux au sens physique et numérique. Le changement est profond et durable évidemment et il a changé la façon de voir le monde et notre environnement. Il pose bien sûr des défis, celui de la mauvaise information, des fausses informations, des risques de manipulation. C’est pour ça que les grandes entreprises qui incarnent ce changement ont elles-mêmes de très grandes responsabilités pour lutter contre ces fléaux.

Pensez-vous que la montée en puissance de la data soit un progrès ?

Laurent SOLLY (Facebook) : Oui, la maîtrise de la connaissance, des données, de l’information est un pilier aujourd’hui de l’efficacité économique. Quelqu’un disait il y a quelques années, qu’au fond la data c’était le pétrole du 21ème siècle. Il y aurait beaucoup de débats à faire autour de cela, mais au fond l’image marquait les esprits. Toutes les entreprises, quelles que soient leurs industries, leur secteur, ont besoin de maîtriser l’information, de maîtriser la connaissance parce qu’elle est source de connaissance de leur marché, de leurs clients, de leurs investissements futurs et donc d’efficacité et de compétitivité. Et ce mouvement est à l’œuvre, il est à l’œuvre aujourd’hui parce qu’après avoir connecté chacun d’entre nous, nous allons connecter les objets et que l’Internet des objets va ramener beaucoup d’informations, beaucoup de data. Et quand nous pensons à la voiture de demain, aux technologies dans la maison de demain il y aura de l’information partout. Cela pose aussi un certain nombre de questions sur la façon dont ces données sont collectées, la façon dont elles sont traitées, dont elles sont sécurisées, c’est tout le débat bien sûr de la protection des données personnelles, qui est un débat qui concerne les autorités, les citoyens et les grandes entreprises quelles qu’elles soient, qui doivent en parallèle de cet élément de leur compétitivité, assurer à tous, la sécurité des données privées.

L’agence My Media du groupe Heroiks souffle sa quinzième bougie. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

Laurent SOLLY (Facebook) : D’abord, je souhaite vous féliciter et féliciter Heroiks et toutes les femmes et les hommes qui travaillent au sein de cette entreprise. L’entreprise je crois illustre bien justement ce mouvement, cette capacité à faire naître de grandes entreprises dans ce moment-là qui illustre bien la transformation du marché. De l’innovation, de l’audace, plus de performance apportée à nos clients. Le succès de cette entreprise est très symbolique de ce moment-là.
Qu’est-ce qu’on peut souhaiter à une entreprise qui réussit ? De continuer à réussir et d’embaucher bien sûr plus de talents, de tracer un chemin et de changer pour le bien de ses clients évidemment, leur avenir, la façon dont ils créent la valeur. Je crois qu’il y a deux valeurs fortes d’ailleurs pour continuer. D’abord, c’est d’être fidèle à sa culture et la culture d’Heroiks, c’est l’innovation et la performance. D’être fidèle à sa culture et de prendre évidemment le plus grand soin de ses employés pour qu’ils soient heureux au travail. Moi, je crois fondamentalement qu’un employé qui est heureux dans ce qu’il fait procure le meilleur pour son entreprise. C’est ce que je vous souhaite avec beaucoup de bonheur !