Interview de Michel PAULIN, CEO d’OVHCloud

05 novembre 2020 - Heroiks

Back

Michel PAULIN, CEO d’OVHCloud revient sur 15 années d’évolutions #techno, #media et #business à l’occasion du quinzième anniversaire de My Media.

Quelle était votre activité professionnelle il y a 15 ans ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : Il y a 15 ans, j’étais dans une fantastique aventure industrielle au sein de Neuf Cegetel. Mais surtout dans une fantastique aventure humaine, où avec une équipe, d’ailleurs Anthony RAVAU la connaît puisqu’il était un peu aussi à l’origine de cette équipe-là, nous avons eu la chance d’acquérir 14 sociétés et de faire croître une start-up pour devenir deuxième opérateur fixe en France. C’était fantastique !

Quelle profession souhaitiez-vous exercer à l’âge de 15 ans ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : A l’époque, je voulais être mathématicien parce que d’abord j’adorais les maths, c’était un jeu intellectuel exceptionnel. Et parce que je trouve que le monde est régi par les mathématiques même si on ne le sent pas. Il faut comprendre que la Terre tourne avec des équations mathématiques et donc c’est une façon extrêmement puissante aussi d’appréhender le monde.

Quelle est la discussion la plus surprenante que vous avez pu avoir avec un collaborateur en 15 ans ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : J’ai juste une anecdote professionnelle, justement pour rebondir sur cette expérience Neuf Cegetel. Je me souviens, je prenais l’ascenseur et il y avait quelqu’un que je connaissais et qui me dit : “Mais Michel qu’est-ce que tu fous là ? Ça fait plus de six mois qu’on n’a pas fait une acquisition de société. On s’ennuie.” Et je me suis dit, ah c’est quand même incroyable de voir que quelqu’un qui était dans les équipes, était extrêmement mobilisé sur le fait que oui, nous étions en croissance, nous étions en train d’acquérir des sociétés pour créer le deuxième opérateur. Et ça m’a beaucoup frappé de voir cette mobilisation sur des sujets qui étaient des sujets parfois anodins, mais c’est une petite anecdote professionnelle.

Quel est le fait le plus marquant pour OVHCloud au cours de ces 15 dernières années ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : OVH est une entreprise qui a 20 ans et My Media a 15 ans, donc OVH est une entreprise légèrement plus vieille. Je vais prendre un seul événement qui me semble clé, c’est l’événement où OVH, qui a été fondée par Octave Klaba, a décidé il y a 15 ans de complètement changer la technologie de refroidissement des serveurs. Et ils ont choisi il y a 15 ans avec d’ailleurs le père, Monsieur Klaba, une technologie de refroidissement par l’eau, qui était une hérésie. L’eau et l’électronique, ce sont deux choses qui sont antinomiques et donc à ce titre, c’est un élément fort, parce que c’est un des actes fondateurs du modèle industriel et du modèle économique d’OVHcloud. Et donc je pense que c’est un point important dans notre histoire.

Quelle société auriez-vous aimé créer ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : Je suis très admiratif d’un certain nombre de sociétés, en particulier dans le domaine de la tech parce qu’elles ont eu des impacts, elles sont dans une capacité de disruption des écosystèmes et de nos habitudes. Je suis très admiratif de ce que fait par exemple Elon Musk avec Tesla, mais je vais vous dire que si j’avais eu à créer une société, je pense que j’aurais voulu être luthier. Vous voyez ça n’a rien à voir parce que j’aime la musique et je ne sais pas si c’est l’atavisme dû à mon grand-père qui était menuisier, mais sortir de ses mains un instrument de musique qui ensuite peut-être, je ne sais pas, une cantate de Bach, c’est quand même extraordinaire.

Quel est selon vous l’événement le plus marquant de ces quinze dernières années ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : C’est toujours difficile de faire des sélections pour en choisir un. C’est pour ça que je ne vais pas respecter la règle et que je vais vous en proposer deux. Ou plutôt je vais vous proposer un non-évènement et un événement.
Le premier, je pense, c’est le non-événement. Depuis 15 ans, nous n’avons pas pris conscience que l’ensemble de tout ce qui concerne le réchauffement climatique, l’ensemble de tout ce qui concerne le domaine de l’écologie, n’a pas été pris en compte par nous, par notre génération. Je suis un peu plus âgé, mais de manière générale par les individus, les collectivités, les Etats. Et j’ai envie de dire que c’est le non-événement qui m’inquiète parce que je pense que depuis 15 ans, on comprend, on a les preuves que c’est déjà en train de se passer, mais on ne fait pas grand-chose.
Et ensuite l’événement que je mettrai en avant, qui est plutôt une tendance, qui est plutôt prospective cette fois-ci pour les 15 ou 20 prochaines années, c’est l’émergence de l’intelligence artificielle. Je pense qu’aujourd’hui l’intelligence artificielle va, de la même façon que la digitalisation, transformer notre vie quotidienne au-delà de ce que l’on pense. Et ça aura des impacts économiques, comme l’émergence de startups, d’efficacité, mais aussi des impacts stratégiques. On voit tous les enjeux aujourd’hui qu’il y a, à qui possède la data, justement pour alimenter ses objectifs d’intelligence artificielle. Cela aura des enjeux sociétaux, éthiques, ça aura des aussi enjeux sociologiques. On voit que désormais les articles peuvent être écrits par des robots, donc une partie de l’information est faite, non pas par des humains, mais par des tiers. On voit également qu’une partie des diagnostics médicaux sont faits aujourd’hui par des algorithmes. Je pense que ça lève énormément de questions, et pour moi, c’est une sorte de tendance qui est une fenêtre, mais il faut voir vers où on va aller avec cette fenêtre.

Quel est votre point de vue sur l’impact des évolutions media, techno et business depuis 15 ans ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : On est dans le domaine dans lequel la technologie est importante et on voit quand même qu’aujourd’hui, la digitalisation, la numérisation de nos vies quotidiennes est en train de radicalement changer la façon dont on travaille, la façon dont on se nourrit, la façon dont on se déplace, la façon dont on interagit. La perméabilité qu’il y a entre notre vie personnelle et notre smartphone, fait que tout est en train d’évoluer. Et je pense que ça ouvre aussi de vraies questions, parce qu’on sent que c’est une facilité, mais aussi que cela remet en question un certain nombre de choses. Et je ne veux pas faire du Black Mirror, mais il y a des enjeux sociologiques et des enjeux psychologiques. On le voit avec malheureusement la crise du Covid. Le télétravail, fantastique outil pour pouvoir continuer malgré le confinement à travailler, mais quel est l’impact aujourd’hui sur sa vie personnelle, sur la vie sociale, sur l’interaction au sein d’une entreprise ? Je trouve aujourd’hui que ces transformations technologiques sont extrêmement impactantes et aussi parfois cela nous donne une vision très optimiste du monde. Mais il faut qu’elles soient un peu modérées parce qu’elles peuvent être angoissantes et je pense que c’est de notre responsabilité en tant que filière technologique de donner ces outils, mais aussi d’alerter l’ensemble des gens et donc les médias. Mais il faut aussi bien sûr éclairer tout le monde économique, social et politique, sur le fait qu’il faut avoir une mesure par rapport à ces outils extrêmement performants, mais qu’il faut parfois utiliser avec modération.

Quel est votre sentiment sur l’évolution du management entre 2005 et 2020 ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : Je pense qu’il y a 15 ans, on ne manageait pas comme il y a 30 ans. Je pense que ça c’est paradoxalement quelque chose qui est une évolution permanente. Le management et le leadership aujourd’hui, c’est quelque chose.
Peut-être, ce qui me semble plus important c’est que, les transformations sont plus rapides qu’elles ne l’étaient par le passé et donc l’adaptabilité des modèles de management, des modèles de leadership devient essentielle. C’est-à-dire la capacité à suivre l’ensemble de ces transformations sociétales, devient un des enjeux. Je crois que le management a toujours évolué, mais aujourd’hui il faut évoluer plus vite, il faut s’adapter plus vite à ces modèles-là.

Comment la communication a-t-elle évolué en l’espace de 15 ans ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : Je pense qu’aujourd’hui l’avènement des réseaux sociaux, la publicité en ligne, la capacité virale de donner des bonnes mais aussi des mauvaises informations, nous pose la question de savoir comment on réagit par rapport à ça.
Le fait que la mondialisation, indépendamment des langues, soit une réalité, fait que je pense que la communication ou les communications, car je ne suis sûr qu’il n’y ait qu’une seule communication, ont radicalement changé par rapport à il y a 15 ans. Ça j’en suis absolument convaincu. Ce qui pour une entreprise, mais parfois aussi pour un individu, doit interroger, d’où l’importance d’entreprises comme My Media, pour nous aider à élaborer les bonnes stratégies parce qu’on voit bien que c’est quand même devenu
extrêmement complexe, extrêmement divers et que le kaléidoscope aujourd’hui des solutions qui sont proposées, mais aussi les attaques entre guillemets que l’on peut subir, est un enjeu pour des entreprises comme les nôtres.

Les Français sont-ils mieux informés en 2020 qu’en 2015 ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : Je ne sais pas s’ils sont mieux informés. Je pense qu’ils sont plus informés. C’est-à-dire que l’accès à l’information s’est multiplié à travers une multitude de nouveaux médias. Et les nouvelles générations par exemple on le sait, utilisent massivement les réseaux sociaux comme support d’accès à l’information plutôt que la télévision qui était un des médias, je pense au fameux 20 heures, le plus traditionnel et le plus utilisé. Donc je pense qu’il y a de plus en plus d’informations. Sommes-nous pour autant mieux informés, je ne sais pas. Et on voit tous les débats qu’il y a aujourd’hui sur les fake-news, tous les débats qu’il y a aujourd’hui sur certaines entités d’état ou privées, qui utilisent ces moyens très puissants de communication pour influencer voire contrôler. Cambridge Analytica est l’exemple de l’utilisation massive d’un outil de communication, Facebook, pour pouvoir ainsi influencer des élections. Donc je pense que c’est vraiment ça l’enjeu. Ce n’est pas tellement la volumétrie, mais c’est la qualité, la pertinence et aussi, le côté qui fait que ça peut dériver et comment on peut contrôler cette dérive.

La montée en puissance de la data est-elle un progrès ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : D’abord, c’est un fait. D’où, en tant qu’individu et les entreprises en tant qu’entités sociales, sont en train de produire une data considérable. C’est-à-dire que la création de la data, est sur une courbe exponentielle. Et j’ai envie de dire que beaucoup sont pertinentes mais beaucoup ne le sont pas. Et nous nous sommes au cœur du cloud donc on voit bien cette explosion des besoins en termes de traitement de ces données et de traitement de stockage de ces données. Je pense que c’est inévitable et je ne vois pas comment ça pourra s’arrêter. La difficulté après, c’est comment vous traitez intelligemment ces données, pour en tirer vraiment de l’intelligence, de l’aide aux décisions. Et puis, il y a quand même un sujet pour moi autour de la data, qui est au cœur en plus du positionnement que nous avons-nous en tant qu’OVHcloud, c’est comment on protège les données des gens. Parce que finalement, comme je le disais la perméabilité qu’il y a entre la vie personnelle et la vie digitale fait qu’une partie de vous-même n’est plus uniquement dans votre corps. En effet, c’est autre partie de vous-même est aussi dans la donnée que vous avez produite. Et quand vous avez l’ensemble de votre carnet de santé qui se trouve quelque part dans le monde et que certaines entités peuvent y avoir accès. Comment ces données sont protégées ? Comment ces données sont utilisées ? Je pense que l’enjeu n’est plus tellement sur le fait que la donnée va exploser. Je crois que c’est un fait ou alors il faut demander à tout le monde d’arrêter de prendre un smartphone. C’est plutôt comment on va l’utiliser et comment on va la protéger.

Quels sont les enjeux de la data pour le business ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : Les enjeux business sont considérables. Aujourd’hui on l’a vu, la réussite économique des GAFAM s’appuie sur l’utilisation de la donnée et donc elle est presque insolente, tant aujourd’hui ils ont une puissance économique redoutable. La donnée est le nouvel or noir du 21ème siècle. Oui, c’est évident. D’où l’importance parce qu’il y a des enjeux économiques, mais maintenant ça dépasse l’enjeu économique. Il y a des enjeux sociétaux, il y a des enjeux stratégiques. Tout ce qu’il se passe entre TikTok et les États-Unis, c’est extrêmement intéressant quand même. C’est une décision extrêmement forte pour arrêter un concurrent chinois et l’obliger à venir et stocker ses données aux Etats-Unis. C’est quand même la preuve qu’aux Etats-Unis en tout cas, il y a la prise de conscience que la maîtrise de la donnée est un pouvoir économique et sociétal qui est extrêmement puissant. Donc je pense qu’aujourd’hui ce sont des enjeux qui sont considérables, économiques mais qui vont bien au-delà de ça.

Comment jugeriez-vous l’évolution de My Media qui fête ses quinze ans ainsi que celle du groupe Heroiks ?

Michel PAULIN (OVHcloud) : Si on regarde un peu en arrière, c’est une très belle réussite, une très belle aventure humaine et en tout cas aussi industrielle. Et moi, je suis ébahi par ce qui a été fait. J’aimais beaucoup le côté impertinent qu’il y avait dans toutes les démarches que nous a proposées My Media. Et on a fait des petites choses très drôles avec un « petit twist » qui était vraiment très très agréable. J’ai envie de leur souhaiter de réussir autant qu’ils l’ont fait les 15 dernières années mais de garder aussi toujours, même s’ils deviennent de plus en plus gros, ce petit côté impertinent. C’est ça qui fait aussi le charme de ce genre d’agence.